Pierre Mongin : un serviteur du service public ? 6 mois après avoir sollicité sa reconduction comme PDG de la RATP, il part pour un poste plus lucratif chez GDF-Suez !

Publié le par Collectif PCF RATP Bus

Pierre Mongin : un serviteur du service public ? 6 mois après avoir sollicité sa reconduction comme PDG de la RATP, il part pour un poste plus lucratif chez GDF-Suez !

Pierre Mongin : un serviteur du service public ? 6 mois après avoir sollicité sa reconduction comme PDG de la RATP, il part pour un poste plus lucratif chez GDF-Suez !

Brève, PCF Paris 15 - Collectif PCF RATP Bus, 22 mars 2015

Devinette : qui a prononcé les phrases suivantes ? « C’est un grand honneur pour le serviteur de l’Etat que je suis, d’être devant vous, sur la proposition du Président de la République, pour solliciter votre accord sur la poursuite de ma mission à la tête de la RATP ». « Sur le plan personnel, je ressens une grande motivation dans l’accomplissement quotidien de ma tâche, dans une entreprise dont l’activité est sanctionnée par des résultats mesurables, mais aussi dans une entreprise fondamentalement inspirée par l’esprit du service public, une haute conscience de l’intérêt général et un sens profond de la solidarité. C’est donc avec beaucoup de modestie, un peu d’expérience et beaucoup d’ambition pour servir ma mission que je soumets ma candidature à votre approbation ».

Réponse : C’est Pierre Mongin, PDG de la RATP dont on vient d’apprendre le départ. Pas à la retraite malgré ses 60 ans et une fatigue éventuelle ! Non, pour un poste de cadre dirigeant au sein de la multinationale GDF-Suez !

Où et quand a-t-il prononcé ces cris d’amour au service public ? Le 16 juillet 2014 devant la Commission du développement durable du Sénat, il y a peine 6 mois alors que son mandat a été prolongé de 5 ans !

Cet exemple d’indécence, de cynisme, de mépris pour la chose publique, pour habituel qu’il devient, ne saurait être banalisé.

Mongin a accéléré, de concert avec le gouvernement et la Région Ile-de-France, le processus de marchandisation des activités de la RATP. Celle-ci se développe en multinationale rachetant des réseaux en Afrique du Sud ou en Arabie Saoudite. En Région parisienne, les conditions de travail ne cessent de se dégrader, les salaires sont bloqués, des activités entières sont externalisées (privatisées). Les tarifs s’envolent pour la majorité des usagers.

Quel bilan ! Un bon bilan personnel, oui, pour un mercenaire parti se vendre à GDF-Suez !

Certains commencent à avoir des doutes sur les conditions du partenariat signé, sous l’égide de Mongin, dans le cadre du plan bus 2025, entre la RATP et GDF-Suez pour le ravitaillement des dépôts de bus en GNV « gaz naturel véhicules ».

Il est inacceptable que des patrons puissent passer comme cela du secteur public au privé. On se souvient que l’ancienne directrice de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris, Marie-Rose Van Lerberghe, était passée au groupe privé de maisons de retraite médicalisées Korian après avoir considérablement dégradé ce secteur à l’AP-HP… Les contrats d’Etat devraient l’interdire sous peine d’amende.

Evidemment, à la RATP, nous n’allons pas regretter Mongin ! Mais les conditions de son départ ne peuvent que renforcer la détermination des agents, fidèles au service public, à s’opposer à la politique que poursuivra son successeur.

Commenter cet article